Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Le Numéripôle
Actualité

Meuz’Makers : des inventeurs d’objets pour faciliter la vie au quotidien

07/04/2021
Meuz’Makers : des inventeurs d’objets pour faciliter la vie au quotidien

Mars 2020. L’annonce du confinement crée un choc dans toute la France. En Meuse comme ailleurs, même si la guerre est déclarée , personne n’est prêt à combattre le virus. Pas de masque, pas de protection. Les soignants se débrouillent comme ils peuvent.

À Bras-sur-Meuse, l’ADMR cherche à pouvoir remplir sa mission tout en protégeant ses aides à domicile du Covid. Pour les aider, Julien Didry, le maire de l’époque, a l’idée de demander de l’aide au numéripole, et plus particulièrement au Fablab, le laboratoire numérique qui invente ou répare des pièces en les numérisant et en les imprimant, en 3D. « On a créé 10 visières pour cette structure. Mais très vite, cela s’est su et d’autres organismes se sont tournés vers nous. On ne pouvait pas suivre car on n’avait pas assez d’imprimantes et que ça prend du temps ! »

Un élan de solidarité

Un message est lancé sur les réseaux sociaux. De l’aide est demandée à tous ceux qui ont une imprimante 3D chez eux. Les réponses pleuvent. « On ne savait pas qu’ils étaient si nombreux ! », se souvient Julien Didry, étonné d’un tel élan de solidarité.

Un réseau de « makers » (de l’anglais qui veut dire fabricants) se met en place et donne de son temps et de son argent : au total, plus de 4 200 visières sont fabriquées pour les personnels de santé, la gendarmerie etc. Et ce par une centaine de volontaires bénévoles. Dans le même temps, d’autres objets sont créés de la même manière pour donner un coup de pouce à certaines professions : des attaches masques pour soulager les oreilles des infirmières. Des accroches poignées, pour éviter de transmettre le virus, des sous-masques, pour réduire la buée sur les lunettes… « Pour certains, ça a surtout atténué des allergies dues au port du masque. »

Faciliter la vie du plus grand nombre au quotidien

Et puis ? « Et puis le matériel est arrivé. Avec son lot de normes qui, même s’il en fallait, ont mis fin à beaucoup d’initiatives solidaires sur le territoire… », explique Julien Didry. Mais à Bras, l’initiative était bel et bien lancée. Et ce réseau de makers, qui avait vu le jour en pleine crise avec des jeunes de talent, ne pouvait et ne devait pas disparaître. « On a recontacté les plus motivés », confie Loïc Patenere. Une convention a été passée avec le Pays de Verdun, pour officialiser les choses et apporter un soutien financier au réseau.

Officiellement, les makers n’ont été créés qu’il y a deux semaines. Aujourd’hui, ils se lancent de nouveaux défis. Leur but ? Créer des objets pour faciliter la vie du plus grand nombre au quotidien. « Une personne a une problématique ? Qu’elle nous contacte, on essaiera de l’aider… ». Imaginer, concevoir, faire de la maintenance, chaque « maker » a une prédisposition. Et le numérifab est là pour tester les inventions. « Au départ, il a été créé pour donner une deuxième vie aux objets et créer des pièces qui n’existent plus sur le marché », souligne Loïc Patenere. « Mais nous n’avons pas vocation à faire de la production. L’idée est de fabriquer des prototypes qui peuvent servir à la communauté », précise Julien Didry, président du Pays de Verdun. Faciliter la vie des gens, c’est bien l’esprit de Bras, cette commune mille fois récompensée pour son engagement dans le numérique.
Source : Est Républicain